jeudi 18 juillet 2024
AccueilÀ la uneAlsace - Un fantôme sur la route des châteaux

Alsace – Un fantôme sur la route des châteaux

Michèle Romby a toujours été attirée par le fantastique, le Moyen Âge et sa littérature. Elle raconte, à travers la narration d’un défunt chevalier nostalgique des Croisades, pas moins de 122 légendes qui entourent les vestiges d’Alsace, sur les territoires de Wissembourg, Haguenau, Colmar ou Obernai. Moi, Chevalier 1197 est publié aux Éditions Bourg Blanc.

Pourquoi avez-vous écrit ce livre ?

Michèle Romby : Je suis arrivée en Alsace il y a neuf ans, au moment de notre retraite, quand mon mari a voulu « rentrer au pays ». J’ai découvert la région et ses châteaux et j’ai voulu exposer mon point de vue, presque enfantin, sur ce que j’ai découvert ici. Les légendes de certains édifices m’ont poussée à m’y intéresser. J’ai eu l’impression, en visitant ces châteaux, d’être accompagnée par un fantôme, le chevalier qui narre avec mélancolie les histoires dans le livre. C’est lui qui a dû me souffler l’idée de raconter son histoire et ses errances, un sentier à suivre à travers la lecture de Moi, Chevalier. Mon but était de faire découvrir les légendes de façon ludique.

Aviez-vous ce projet en tête depuis longtemps ?

Oui, j’ai débuté ce manuscrit avant de publier mon premier livre sur Notre-Dame de Strasbourg, La cathédrale et ses démons. J’ai d’abord écrit Moi, chevalier 1197 pour moi, donc je me suis arrêtée à 122 légendes sans contraintes et sans urgence. J’ai commencé avec les châteaux qui se trouvaient au milieu de l’Alsace, puis j’ai progressé.

À quel public s’adresse votre ouvrage ?

Plutôt les adultes, parce que le langage utilisé n’est pas directement destiné à des enfants. Cependant, rien n’empêche de sélectionner des histoires à lire aux plus petits. Ce n’est pas un conte pour enfants, mais n’importe quel public peut découvrir les légendes des châteaux alsaciens.

Parmi les 122 légendes du livre, laquelle est votre préférée ?

C’est très difficile de choisir. J’aime beaucoup les légendes romantiques, un thème récurrent de l’ouvrage. J’aime aussi Les chevaliers maudits de Waldeck qui évoque des joueurs de dés qui ont imaginé que le gagnant serait emporté par le diable, cette légende me plaît beaucoup.

Claire Zenses

- Publicité -
ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -
- Publicité -

Articles populaires

- Publicité -
X