Haguenau – Admir et Fatih se lancent dans le cinéma

Admir Kadrija et Fatih Polat sont des amis de longue date. L’un s’est spécialisé dans la vidéo et l’autre dans l’acting. Ensemble et avec une équipe de talents locaux, ils ont sorti le trailer de leur futur court-métrage, intitulé L’autre moi.

0
1899
Admir à la caméra et Fatih face au miroir. / ©Documents remis

Au quotidien, Admir Kadrija sévit au CSC Langensand de Haguenau ou il est animateur pour la jeunesse, mais il gère aussi le pôle vidéo au sein duquel il crée divers projets avec les jeunes. Récemment, il s’est fait connaître dans la musique et la vidéo pour avoir collaboré avec des rappeurs tels que Gims, Rohff ou encore F430. De son côté, Fatih Polat, est graphiste de métier, mais acteur en devenir. Intéressé par le théâtre depuis le collège, il vient de participer à un tournage, en tant que figurant, où il était aux côtés du rappeur Sofiane et de la chanteuse Camélia Jordana. Amis depuis une dizaine d’années, les garçons n’ont pas hésité à collaborer pour se lancer dans un projet de court-métrage : « Nous nous sommes entourés de talents haguenoviens. Dans cette équipe, chacun est à l’aise dans son domaine de compétences. C’est un noyau qui fonctionne plutôt bien », explique Admir. Le trailer a été publié sur les réseaux sociaux et a rapidement suscité l’engouement des amateurs de cinéma. Il cumule plus de 30 000 vues, toutes plateformes confondues : « L’idée était de mettre un premier pas dans le cinéma ».

Du trailer au court-métrage

Dans cet avant-goût, le spectateur découvre l’histoire d’un homme, joué par Fatih, menant une double vie. Dans l’une, il est un employé de bureau. Dans l’autre, il fait face à une menace mystérieuse et inquiétante. Ce trailer laisse place à l’imagination, si bien que les théories se multiplient dans l’espace commentaire. Maintenant, l’équipe de talents est à la recherche de soutiens pour mener à bien son projet :

« Nous avons eu une entrevue avec le Grand Est pour obtenir une aide cinématographique, signale Fatih. Mais nous souhaitons aussi faire le maximum pour nous autofinancer ».
L’histoire est en cours d’écriture : « Nous aurons une idée concrète du rendu final lorsque nous aurons notre fin. Le court-métrage durera entre 15 et 20 minutes. C’est déjà assez pour un projet professionnel de ce type », conclut Admir.

L’info en plus

Pour récolter des fonds, Admir et Fatih proposent leurs services de vidéo et de graphisme, mais aussi de donner des cours de vidéo en ligne et même de réaliser des reprises de scènes cultes du cinéma.