vendredi 2 décembre 2022
2.9 C
Haguenau
AccueilLes actusAutour de HaguenauHaguenau - L’art contemporain s’invite à l’église

Haguenau – L’art contemporain s’invite à l’église

Dans le cadre de la 24e édition des Chemins d’art sacré, Pierre Gangloff, artiste peintre de Reichshoffen, présente quelques-unes de ses œuvres dans l’église Saint-Georges de Haguenau. Cette exposition, nommée Fragments, est visible jusqu’à mi-octobre.

La manifestation Chemins d’art sacré, organisée par le Diocèse de Strasbourg, présente des expositions dans plusieurs églises remarquables d’Alsace, avec des œuvres contemporaines spécialement créées pour l’occasion. Ces œuvres ont toutes été préparées en s’appuyant sur une citation.

Cette année, celle-ci est : « C’est pour lui seul qu’il éprouve de la douleur en son corps, c’est pour lui seul qu’il ressent de la tristesse en son âme ». 23 artistes s’en sont inspirés et exposent dans 17 églises bas et haut-rhinoises leurs peintures, sculptures, gravures ou photographies, de Wissembourg à Feldbach. Dans l’église Saint-Georges de Haguenau, le public découvre en ce moment des diptyques et des triptyques en dessins, des peintures sur bois, des gravures, réalisés par le Nord-Alsacien Pierre Gangloff.

C’est notamment en regardant les vitraux et la statuaire lors des offices que Pierre Gangloff a découvert sa passion pour l’art dans sa jeunesse. Depuis, il pratique le dessin, la peinture et la gravure, aime le corps à corps avec la matière et s’inspire souvent de textes mythologiques, historiques, bibliques. Il expose actuellement une quinzaine d’œuvres grand format dans l’église Saint-Georges :

« J’ai préparé cette exposition pendant un an environ. En m’inspirant du thème imposé, j’ai voulu montrer les tares de notre société, dans ces temps troubles que nous vivons. Pour moi, c’est ça le rôle du peintre », confie Pierre Gangloff. Celui-ci a privilégié les diptyques et les triptyques, traditionnellement présents dans les églises, et le support bois, qui était également très utilisé au Moyen-Âge et à la Renaissance. Les techniques sont mixtes, le corps constitue un élément important, et on retrouve aussi dans les œuvres des clins d’œil aux maîtres qu’il admire, comme Rubens, Poussin ou Michel-Ange. Sur demande, Pierre Gangloff réalise des visites guidées.

L’exposition Fragments, jusqu’à mi-octobre dans l’église Saint-Georges.
ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -

Articles populaires

X