Jean-Claude Colin : « On m’appelle le grand-père de la bière »

Jean-Claude Colin, Spinalien de naissance, est tombé amoureux de la bière il y a plus de quarante ans. De simple collectionneur de bouteilles, il est devenu organisateur de salons, conférencier, auteur et même journaliste. Il vient de sortir le Guide gourmand de la bière d’Alsace. À l’approche de Noël, il a accepté de discuter de son actualité autour d’une mousse.

0
700
Jean-Claude croqué par Louis-Michel Carpentier. / ©Dr
Vous êtes originaire d’Épinal. Comment êtes-vous arrivé en Alsace ?

Jean-Claude Colin : Je me suis tourné vers l’Alsace en 1987, après l’échec du salon de la bière de Nancy. J’y ai créé Eurobière qui a eu droit à six éditions. En burn-out au début du siècle, je me suis installé à Marckolsheim pour me consacrer pleinement à mon jardin et à mon activité de journaliste. Entre 2009 et 2015, je me suis replongé dans l’événementiel en organisant le Mondial de la bière à Strasbourg et Mulhouse.

En juin 2023, vous avez sorti le Guide gourmand de la bière d’Alsace, aux éditions du Signe. Qu’est-ce que les lecteurs peuvent y retrouver ?

En parallèle de mon activité de journaliste, je l’ai élaboré aux côtés de Gérard Staedel, Ambassadeur d’Alsace, et de Louis Holder, cyclotouriste expert, qui a réalisé les circuits vélos proposés dans le guide. Sur chaque page, j’ai listé des brasseries ou des microbrasseries, connues ou moins connues, disséminées dans toute l’Alsace. Le tout a été complété par des idées de recettes. Ma femme Odette fait son possible pour le tenir à jour. J’aimerais en faire un nouveau d’ici deux ans, pour tout actualiser.

Le Guide gourmand de la bière d’Alsace. / ©Dr
Décembre est synonyme de bière de Noël. Que pouvez-vous déjà me dire sur vos découvertes de l’année ?

La bière de Noël, c’est l’événement de l’année. C’est le Beaujolais nouveau de la bière. Certains restent classiques en proposant des bières aux épices alsaciennes et d’autres innovent avec des créations au sapin, comme la brasserie des Frangins de Plobsheim, par exemple. J’ai aussi découvert une stout à la quetsche, confectionnée par les Semblables à Mietesheim : elle est exquise. Je suis en train de faire ma tournée de dégustation. Je découvre de véritables pépites.

Vous proposiez des ateliers. Est-ce toujours d’actualité ?

Bien sûr. L’année prochaine, j’aimerais proposer des apéros bières. L’idée est de faire venir un brasseur, qui nous fera découvrir ses créations, et de se tourner vers un traiteur local pour réaliser quelques amuse-bouche créés pour l’occasion. On se tient au courant.

Jean-Claude Colin. / ©Dr