jeudi 18 juillet 2024
AccueilLes actusAutour de HaguenauNord-Alsace - L’association Savoirs Vivants, pour des envies de science

Nord-Alsace – L’association Savoirs Vivants, pour des envies de science

Fondée l’année dernière, l’association Savoirs Vivants cherche à renforcer la médiation et l’intermédiation scientifique en Alsace du Nord, par l’organisation de stages ouverts aux jeunes, mais aussi des projets participatifs, entre chercheurs et citoyens.

Les premiers projets scientifiques ont vu le jour au sein du CASF de Bischwiller, où un tiers-lieu de recherche a ouvert en 2019 : « Nous avons reçu nos premiers financements en 2021 », explique Quentin Czerwiec, secrétaire et animateur de l’association Savoirs Vivants. 

« En 2023, nous avons fait le choix de dissocier le tiers-lieu du CASF et d’externaliser ses activités en créant Savoirs Vivants. L’IUT de Haguenau, le Paddock Academy et le réseau Résilian sont devenus ses pères fondateurs », ajoute-t-il.

L’objectif de Savoirs Vivants est de développer la médiation et l’intermédiation scientifique en Alsace du Nord : « La médiation repose sur la diffusion de connaissances par différentes approches, auprès de grand public, des écoliers, des collégiens et des professionnels. L’intermédiation, quant à elle, consiste en la co-construction de savoirs entre citoyens et chercheurs. Savoirs Vivants fait l’intermédiaire, afin de construire des projets de recherche participatifs ». 

La mise en application

L’association, en collaboration avec l’IUT de Haguenau, propose des stages de robotique, spécialement conçus pour les collégiens. Celui de cet été est déjà complet, mais des places vont ouvrir à Strasbourg, pour le stage organisé fin juillet par l’association CyberGrange. Sur le volet intermédiation, Savoirs Vivants pilote des projets de recherche participatifs : « L’un d’eux porte sur une étude de l’ergonomie numérique des sites officiels et l’accès aux droits des citoyens. Le programme de recherche, mené par un doctorant, consiste à réaliser des tests sur des particuliers, pour apporter des solutions d’amélioration : c’est un bon exemple de projet participatif ».

D’autres projets sont en cours, comme l’étude de la transition alimentaire, mettant en relation diététiciens et séniors, mais aussi la détection d’îlots de chaleur, menés par des lycéens et des professionnels.   

 

- Publicité -
ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -
- Publicité -

Articles populaires

- Publicité -
X