lundi 20 mai 2024
AccueilChroniquesOn Ruffet le match #20 - Très cher sport

On Ruffet le match #20 – Très cher sport

Si vous lisez cette page, c’est que, normalement, vous aimez le sport. Et c’est bien connu, quand on aime, on ne compte pas.

Bah si. Là je commence à tenir les comptes. Et je suis pas bien content. L’activité physique est une composante de base du corps humain, et c’est d’ailleurs le manque d’activité qui induit des maladies chroniques qui coûtent bonbon à la collectivité.
Des licences à plus de 150€ dans tous les sports, des tournois toujours plus chers, des équipements qui coûtent une semaine de salaire. C’est bon là ! L’autre jour, tournoi de tennis, inscription 16€ (SEIZE EUROS), le mec t’offre même pas les balles. Ou un café. À ce prix-là, désolé mais t’attends un minimum de « presta ».

Tu fais du foot, si tu veux un peu une marque pour tes crampons, t’es déjà dans les 100 balles, ou alors t’as du bol. Les maillots officiels s’arrachent à 90€ dans le meilleur des cas. Pareil dans les autres sports.

Les salles de sport ou de fitness ont aussi su être malines pour séduire et vendre des abonnements à 30€ par mois (dans la configuration minimale, évidemment), bien que là on puisse estimer que les investissements sont assez lourds pour ces structures privées.

Il n’est pas donc pas étonnant de voir qu’il y a de plus en plus d’adeptes du « running », de la course à pied en français. Mais même là ! Des vêtements un peu techniques, c’est vite fait 40, 50 balles, voire plus, les chaussures, n’en parlons pas, et pour se motiver on investit aussi dans une montre qui n’est pas à portée de toutes les bourses.
Vous allez me dire, c’est bien beau de râler – et tu as raison de le faire Sébastien – mais que pouvons-nous faire ? Mais je ne sais pas ! J’essaye modestement d’attirer l’attention, de provoquer une prise de conscience civique. On peut voir les bénéfices à retirer à court terme, mais si on veut tuer nos sports, on en prend la bonne direction. Quels parents vont continuer d’investir uniquement pour le plaisir du gamin ou de la gamine ? Si la progéniture arrive à basculer vers quelque chose de plus sérieux, pourquoi pas, mais sinon…

Alors attention à ne pas tuer la poule aux œufs d’or. L’Alsace est une région sportive, forte – pour le moment – de son engagement associatif, mais les liens sont en train de se déliter. Et l’argent n’a jamais été le meilleur des ciments.

- Publicité -
Article précédent
Article suivant
ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -
- Publicité -

Articles populaires

- Publicité -
X