mercredi 22 mai 2024

On Ruffet le match – Un peu d’en train

AccueilChroniquesOn Ruffet le matchOn Ruffet le match - Un peu d’en train

On Ruffet le match – Un peu d’en train

« À nous de vous faire préférer le train. » Ah ça, on s’en souvient du slogan. La mission est-elle accomplie ? Joker, comme dirait l’autre. Parce qu’il n’y a pas que la SNCF dans le coup, il y a aussi les collectivités locales. Faire payer 8000€ la minute de stationnement, c’est une chose, mais on fera préférer le train (ou le tram, pas de sectarisme ici) quand il y a aura une politique tarifaire en adéquation. En n’augmentant pas aussi les prix des transports en commun. On ne peut pas taxer les automobilistes ET les usagers des transports, sinon comment amener les premiers à devenir des deuxièmes ? Le train doit devenir très avantageux pour qu’on laisse la voiture à la maison : la voiture, c’est la liberté de partir quand on veut, pour arriver précisément où on veut. Ce qui paraît compliqué avec un train. J’ai essayé, une fois, de le faire s’arrêter plus tôt, mais j’ai eu des problèmes.

Donner au train une longue d’avance

Néanmoins, sur des longues distances, le train, c’est du confort, du ville à ville, de la vie en couleur, des rencontres – qui font parfois piquer un fard.

Qu’on se mette bien d’accord : je suis pour une diminution des usages de la voiture, mais au lieu du punitif, il serait bon d’aller vers l’incitatif.

Une bonne nouvelle – qui reste à vérifier toutefois – est arrivée fin février avec l’annonce d’un nouvel opérateur sur le Strasbourg – Paris. « Kevin Speed » proposera à partir de 2028 des TGV à petits prix, avec 16 allers-retours chaque jour ! La start-up annonce un prix autour des 3€ pour 100km. Autrement dit, le Strasbourg-Metz coûtera moins cher que le péage autoroutier. Là, on commence à réfléchir !

Oui, vous vous êtes sans doute arrêtés sur le nom de l’entreprise. Moi aussi, j’ai tiqué. « Kevin Speed », c’est « pour parler à Kévin… et à tous les autres », nous dit le site internet. Si on avait eu l’idée dans les 50’s, on aurait eu « Marcel Speed », et plus tard « Michel Speed », « Christophe Speed »… et le fin du fin « Seb Speed ». Vite, une carte d’abonnement !

- Publicité -
ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -
- Publicité -

Articles populaires

- Publicité -
X