Seebach – Des cœurs à l’ouvrage

Depuis plus de dix ans, l’association HélènedeCœur est engagée dans la recherche sur la mort subite inexpliquée et la cardiopédiatrie. Ses bénévoles fabriquent et vendent des objets en kelsch, au profit des services hospitaliers alsaciens.

0
699
Les bénévoles se regroupent toute l’année lors d’ateliers de création. / ©Dr

L’association a été fondée en 2012 par Pia Clauss pour rendre hommage à sa fille, Hélène, brutalement décédée à l’âge de 15 ans de mort subite inexpliquée à ce jour.

Depuis sa création, HélènedeCoeur finance du matériel au profit des hôpitaux alsaciens, aussi bien par la vente d’objets décoratifs et utiles en kelsch, confectionnés par ses bénévoles, que par les dons de particuliers et d’entreprises : « Au lancement, j’ai commencé par fabriquer des cœurs, un symbole fort, raconte Pia. Mais très rapidement, des gens se sont manifestés pour me donner un coup de main. Au départ, ils étaient cinq. Aujourd’hui, ils sont plus de trente ».

De fil en aiguille, l’association a grandi et Pia a pu consacrer un coin entier de sa boutique de Seebach aux produits en kelsch confectionnés par les bénévoles : « Nous vendons des coussins, des animaux et divers objets décoratifs et utiles. Plus de 5 000 pièces sont fabriquées chaque année », précise la fondatrice. En plus de la vente en magasin, HélènedeCoeur dispose d’une boutique en ligne, et il arrive même que l’association puisse écouler ses stocks sur des marchés – traditionnels ou de Noël –, des fêtes de villages et même lors de ses propres événements : « Tous les ans, à l’approche du 10 novembre, la date anniversaire d’Hélène, nous organisons une soirée récréative avec entrée gratuite à la salle des fêtes de Seebach ».

Un florilège des produits vendus par l’association. / ©Dr

Une association d’utilité publique

Tout l’argent issu des ventes et des événements est investi dans du matériel pour les hôpitaux : « Nous finançons des outils importants, qui n’entrent pas forcément dans le budget de l’établissement de santé », précise Guy Heumann, un actif de l’association.

Un mannequin destiné aux étudiants en cardiologie de Strasbourg ou encore un respirateur pour la néonatalité de Haguenau ont déjà été acquis. À côté du matériel, l’association finance également des études, en travaillant notamment avec Audrey Farrugia de l’Institut de médecine légale de Strasbourg : « Elle est la porte-drapeau de la lutte contre la mort subite, résume Pia. Elle jouit d’une aura nationale et donne des conférences dans le monde entier ».

Bien qu’elles soient longues et difficiles, les recherches sont permanentes : « Tout se fait étape par étape et des pistes apparaissent », conclut la présidente. Le docteur Farrugia donnera une conférence au printemps à Seebach pour détailler les derniers travaux et les dernières avancées. La date sera communiquée ultérieurement.

www.helenedecoeur.com