mercredi 22 mai 2024

Haguenau – L’inceste, parlons-en !

AccueilÀ la uneHaguenau - L’inceste, parlons-en !

Haguenau – L’inceste, parlons-en !

Pour ouvrir les yeux de la société sur la réalité de l’inceste, une soirée Libération de la parole est organisée au Millénium de Haguenau le 17 mai par Victimes inceste Alsace (lire encadré), une association fondée par Davina Deseigne.

Lorsqu’elle est tombée gravement malade il y a cinq ans alors qu’elle était enceinte, la mémoire traumatique de Davina Deseigne s’est réveillée. « J’ai fait des cauchemars, des insomnies, trois tentatives de suicide, j’ai même tapé mon conjoint, j’avais des angoisses… Ma vie et celle de mon bébé étaient en danger. » Hospitalisée d’urgence, elle ne trouve malgré tout « pas d’aide adaptée à la pathologie », et décide de créer une association qui proposerait des groupes de parole et des ateliers thérapeutiques. En avril 2021, Victimes inceste Alsace voit le jour à Schirrhoffen où elle habite avec son conjoint et ses trois enfants.

La présidente de l’association Victimes inceste Alsace. / ©Dr

« Comme un chien battu »

Davina a été victime de son frère « entre 8 et 11 ans, et du climat incestuel pendant plus de vingt ans avec mon père, et j’étais une enfant battue. J’ai enfoui cela en moi comme une protection, ça s’appelle l’amnésie traumatique. C’est comme une soumission envers les agresseurs, à l’image d’un chien battu qui revient vers son maître ». Aujourd’hui, à
40 ans, cela fait dix ans qu’elle a rompu le lien avec son père et qu’elle tente de faire entendre la cause de l’inceste. « Pas de suivi thérapeutique, pas de reconnaissance des victimes ou de statut travailleur handicapé, les enfants ne sont pas protégés—il y a trois enfants victimes d’inceste par classe !—, il faut nous prendre en compte ! »

Au contraire d’Octobre rose pour le cancer du sein qui est entré dans la conscience collective, « l’inceste, c’est très intime car dans la sphère familiale. La victime doit avoir une position claire, si elle est encore sous emprise, le travail est différent ». Davina enjoint les victimes à se manifester pour participer aux activités de l’association ou simplement parler, « c’est gratuit, parce qu’on paie le prix fort toute notre vie ».

Contact au 0782160491 et sur les réseaux.

L’atelier d’écriture gratuit pour les victimes. / ©Dr

La soirée libération de la parole

Afin de sensibiliser tous les publics, les professionnels de santé et les pouvoirs publics, la soirée du 17 mai à 20h (entrée libre) introduira « le premier livre édité en France sur des témoignages d’inceste ».

Des extraits seront théâtralisés par Sophie Carvallo et Marie Bochelen, après une conférence d’Arnaud Gallais et Sylvie Mann Mouledus, eux-mêmes victimes. Dans un hommage à Estelle, qui s’est suicidée à 15 ans, Valérie Ellert proposera une danse engagée. Enfin, une exposition de photos sur la résilience et le rappel des droits de l’enfant compléteront la soirée.

- Publicité -
ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -
- Publicité -

Articles populaires

- Publicité -
X