jeudi 1 décembre 2022
4 C
Haguenau
AccueilÀ la uneMireille Weber - L’écran d’accueil de l’Office de tourisme

Mireille Weber – L’écran d’accueil de l’Office de tourisme

Qui n’a jamais poussé la porte d’un Office de tourisme (OT) à la recherche DU lieu à visiter ? À Haguenau, 1 place Joseph Thierry, l’OT du Pays de Haguenau, Forêt et Terre de Potiers a pour mission de coordonner, valoriser et promotionner l’offre touristique sur le territoire des 36 communes de la Communauté d’agglomération, avec des relais à Bischwiller, Brumath et Val-de-Moder. Dans le magnifique bâtiment rouge du Musée alsacien, la directrice Mireille Weber et son équipe accueillent le visiteur pour le renseigner, mais sa mission ne s’arrête pas là.

Vous avez été nommée directrice de l’OT le 1er septembre 2021, quel est votre parcours ?

Je suis née à Haguenau, je suis une Marienthaloise pure souche! Moi c’est l’Alsace, l’ancrage au territoire, l’attache aux valeurs, aux traditions, c’est peut-être aussi pour ça qu’on m’a confié le poste de directrice… J’ai démarré après mes études d’hôtellerie et de tourisme par la voie du stage, et j’ai eu mon premier emploi territorial en 1996. La plupart des OT de France ont un statut associatif comme nous. La différence ici, c’est que le personnel est mis à la disposition par la Collectivité d’agglomération de Haguenau (CAH).

Votre métier a largement évolué au fil des années, racontez-nous.

Quand j’ai commencé, j’étais conseillère en séjour. À l’époque, l’OT était situé place de la Gare et nos missions confondues, on faisait la promotion—on cherchait les clients chez eux, en Belgique, en Allemagne, etc.—l’édition et la rédaction des supports papier, et l’accueil. On avait 15-20 armoires remplies de brochures de France et de l’étranger. On appelait la Drôme, la Bretagne, ça rentrait chez nous, et une semaine après, les clients venaient chercher le guide des campings. On avait des tonnes de papier à l’époque alors qu’on doit être à 1 ou 2% aujourd’hui… On donnait également les horaires de bus pour la gare routière et on réservait les taxis, puisque les gens n’avaient pas de téléphone !

Au milieu de leur équipe, Mireille Weber, directrice, et Françoise Delcamp, présidente de l’OT. / ©Office de tourisme
Aujourd’hui, quelles sont vos tâches ?

Il y a la partie accueil numérique et digital, nous alimentons le site www.visithaguenau.alsace au quotidien, les réseaux sociaux, le chat, la veille numérique, l’accueil physique et téléphonique. Nous nous occupons des visites guidées et des groupes, des partenaires, nous accompagnons les 130 adhérents. Et il y a la partie terrain, visite de l’offre, équiper les gens en audioguides, relever la satisfaction… Cela permet de parler, de découvrir et d’entretenir le lien. Enfin vient la partie relation presse, et celle que j’aime le moins, l’administratif ! Parce qu’il y a tellement de sources d’inspiration et d’épanouissement, et que j’aime l’extérieur et rencontrer des gens.

Avez-vous mis l’accueil de côté ?

Non, c’est faux ! On met la main à la pâte partout, on est une toute petite équipe de cinq, si deux partent sur un salon, moi j’interviens pour l’accueil. Mon rôle, c’est aussi un soutien en lien avec une équipe nouvelle. On se nourrit de l’accueil, on ne peut pas faire de promotion si on ne sait pas ce que le visiteur attend, les commentaires, la modération… La force de notre métier, c’est la polyvalence et la poly-compétence.

À Haguenau, l’OT n’organise pas d’événement, pourquoi ?

Le service événementiel est piloté par l’Office des sports et loisirs, comme le feu d’artifice, le marché de Noël, etc. La mission de l’OT est de valoriser son patrimoine, sa culture et c’est dans ce cadre-là qu’on propose par exemple un programme de visites d’été. C’est la coordination d’une offre globale aux visiteurs.

Et quid du binôme présidente – directrice (lire encadré) ?

Avec cette particularité de structure associative, c’est un binôme entre un président élu de la collectivité et les services techniciens que sont l’OT qui font avancer les trains. Par exemple, nous cogérons le camping des Pins : la compétence de la CAH, c’est la structure et l’organisation technique, à nous la partie accueil, valorisation de l’offre, site internet dédié, le classement 2 étoiles, le label accueil vélo…

Justement, l’OT et le camping ont tous deux obtenu le label accueil vélo, qu’est-ce que c’est ?

Un cycliste sur son parcours peut retrouver un équipement, un accueil, une réparation, une information à moins de 5 km. C’est un label inventé par Vélo France tourisme, piloté par Alsace destination tourisme (ADT). On travaille de concert avec eux, sur les missions qualité, labels, marques. La demande vélo est forte et un de nos projets 2023 est de proposer une carte cyclotouristique à nos visiteurs, pour permettre de traverser la CAH en recensant tous les sites d’intérêt, comme on l’a déjà fait avec le circuit Forêt
d’exception.


 

Françoise Delcamp ©DR

Françoise Delcamp, Présidente de l’Office de Tourisme

Élue depuis 2001 comme conseillère déléguée à la Ville de Haguenau, Françoise Delcamp a pris la présidence de l’Office de tourisme en 2008 en se disant « absolument pas destinée à ça : moi, j’étais une touriste! » Originaire des Hautes-Pyrénées, elle est arrivée en Alsace en 1998 après avoir vécu 20 ans en Afrique (et ailleurs).

« On habitait à la Réunion quand mon mari militaire m’a annoncé qu’on irait à Haguenau. Ma fille m’a demandé pourquoi je faisais cette tête, alors je lui ai mis la main dans le congélateur ! (rires) Je pense que quand Claude Sturni m’a donné la délégation tourisme, c’est mon ouverture d’esprit de par mon passé qui a primé. Alors je me suis dit on va sortir du congélateur et voir dehors, et on a apprécié l’Alsace à hauteur de ce qu’elle peut offrir aux touristes et à ceux qui y vivent ». Donner sa juste place à l’Alsace du Nord la passionne : « Cette authenticité et ce côté éloigné des grands circuits font son attrait, ses secrets, son intimité. C’était amusant de voir ces Strasbourgeois découvrir notre forêt comme si elle avait poussé pendant le covid ! C’est la carte que l’on joue depuis 2021, pour le nouveau touriste d’après covid, se dire ce n’est pas pour dix bus, mais pour moi. Tout un travail est encore à mener ».

ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -

Articles populaires

X