mardi 6 décembre 2022
4.2 C
Haguenau
AccueilChroniquesOn Ruffet le matchOn Ruffet le match #1 - La faute de l'entraîneur

On Ruffet le match #1 – La faute de l’entraîneur

L’adage est désormais bien connu et bien intégré par tous : quand on gagne, merci les joueurs, quand on perd, c’est l’entraîneur qui est à côté de la plaque. C’est valable en Ligue 1 comme en District – j’en sais quelque chose !

On en est donc à se poser la question, début octobre, de savoir si Julien Stéphan est encore l’homme de la situation au Racing. Enfin « on »… Des gens quoi. Les fameux « footix » que l’on pourrait qualifier, du côté de la Meinau, de « Storckyx », si le parallèle entre mascottes est validé.

Alors, allons-y, OK. On change de coach. On change celui qui nous a fait terminer 6e l’an passé. Ah non, c’est vrai, c’était grâce à Ajorque et Thomasson. Ah, mais ils ne sont pas partis… Donc oui, la faute du coach, forcément, qui n’a pas su renouveler son discours, qui n’a pas su alerter sur le fait que les planètes étaient alignées, et qu’un coup de billard céleste a tout fait valdinguer. Donc, allez, on change. On va aller chercher un énième entraîneur de Ligue1 passé par tous les clubs de Ligue1 pour leur faire obtenir un maintien inespéré, au hasard Elie Baup, Pascal Dupraz, Hervé Renard ou Claude Puel, hein, c’est ça ? Pourquoi ? Retrouver la « grinta » ? Jouer mieux collectivement? Ils se sont tous plantés, et les méthodes des 90’s, ça va deux minutes. Un discours frais et novateur ? Mais on l’a déjà ! Et on prendrait le risque de prendre un coach encore moins expérimenté ? Vous voulez qui ? Nagelsmann ? Cassez votre PEL les gars.

Peut-être qu’il faut aussi se rappeler que le football livre parfois des statistiques intéressantes. Le nombre de récupérations hautes, de centres, de tirs, de poteaux. On se rend compte que le RCSA n’est pas si loin que ça de la vérité. Là où l’on peut légitimement se poser des questions, c’est sur l’aspect physique, avec une accumulation de blessures malvenue. Des joueurs qui avaient la tête ailleurs, c’est possible aussi. Des arbitres à la gâchette facile – et souvent dans le même sens – on peut aussi avoir ce sentiment, comme ce rouge de Nyamsi contre Rennes. Julien Stéphan en est-il responsable ? Je ne suis pas sûr. Qu’il retrouve son effectif à 100% et l’on pourra ensuite juger ! Mais pas avant. Et pas avec trois pintes dans le pif.

ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -

Articles populaires

X