Yolande Ruffenach-Jung et son Männele : « Chaque page est un tableau »

Elle a été maîtresse d’école et ne manie que crayons, pinceaux et couleurs, surtout pas d’ordinateur chez elle à Griesheim-sur-Souffel. Après un passage aux Arts déco en cours du soir, et une fois la retraite venue, Yolande Ruffenach-Jung a continué à raconter des histoires, d’Alsace, de Mozart, et de Männele, son personnage phare dont les aventures paraissent aux Éditions du Bastberg.

0
609
Yolande écrit et illustre des livres pour enfants. / ©Dr
Comment est née votre envie d’écrire des livres pour les enfants ?

Yolande Ruffenach-Jung : Tous les ans à l’école, on inventait une histoire, on en faisait un spectacle et aussi un livre. J’ai pris ma retraite en 2006, mes collègues ont dit tu vas t’ennuyer, j’ai dit que non, je vais continuer à faire des histoires. J’ai rencontré par hasard Fabienne Keller puis Robert Grossman, alors que j’écrivais un livre sur la cathédrale, ils m’ont dit que c’était super, et que je devais trouver un éditeur : le Bastberg a accepté.

De quoi parlent vos livres ?

Yolande Ruffenach-Jung : J’ai fait plusieurs livres sur l’Alsace, puis Titom, qui est plus écologique, ou la petite sorcière Lisele qui ramène des plumes de cigogne pour son balai, ou encore Mozart et Beethoven. Dans les quartiers, les enfants n’ont plus aucune culture musicale—pour eux, Beethoven, c’est un chien !—et les instituteurs ne sont pas formés… Mais les grands musiciens, ça n’est pas très commercial, alors il a fallu trouver un personnage, et le Männele en brioche de la Saint-Nicolas concerne tout l’est de la France.

Männele est toujours prêt pour de nouvelles aventures. / ©Dr
Les illustrations sont faites à la main, quelle est votre technique ?

Yolande Ruffenach-Jung : Je fabrique des papiers avec différentes encres comme de l’aquarelle, pour faire des fonds, j’ajoute des papiers du commerce aussi. Je dessine les personnages, je les découpe. Finalement chaque page est un tableau, c’est un travail à l’ancienne qui prend énormément de temps, et non pas un ordinateur où on appuie sur un bouton pour changer le vert en gris ! Si je fais une erreur, je recommence toute ma page !

Männele au paradis du pain d’épices est le onzième épisode, il aura fait de sacrées rencontres !

Yolande Ruffenach-Jung : J’essaie toujours d’apprendre quelque chose, par exemple pour Männele et la clé du diable, il y a un travail sur les différents châteaux, le Haut-Barr, le grand et le petit Geroldseck, parce qu’on reste toujours un peu instit’ quelque part. Ce n’est pas une histoire pour une histoire, il faut en retenir quelque chose. Sur le dernier, je reprends l’histoire de Hansel et Gretel, pas telle quelle, car elle est terrible, mais j’en fais une autre histoire avec des références.

Bon à savoir :

Yolande Ruffenach-Jung viendra à la rencontre du public le 6 décembre à la librairie-café Le Cricetus de Mutzig, et les 9 et 10 décembre au marché de Noël de Bouxwiller.