Brumath – Pour Zoé Schaeffer, la forêt n’a plus de secret

Originaire de Gumbrechtshoffen, Zoé Schaeffer, 20 ans, vient de prendre ses fonctions de garde forestière de la forêt de Brumath, mais pas que ! Rattachée à l’unité territoriale de l’ONF de Hatten-Strasbourg, la jeune femme gère d’autres triages environnants.

0
1016
Zoé Schaeffer. / ©ld

Chez Zoé, la passion pour la forêt est apparue très tôt : « Petite, j’aimais beaucoup me balader dans les bois, plutôt que de rester à l’intérieur », raconte-t-elle. À son arrivée au lycée, elle a tout de suite su quel métier elle poursuivrait : « Mon parcours a commencé avec un baccalauréat STAV (science et technologie de l’agronomie et du vivant) au lycée agricole d’Obernai. Je voulais faire garde forestière. J’ai enchaîné avec un BTS gestion forestière à Mirecourt, dans les Vosges, tout en étant en alternance à l’Office national des forêts (ONF) pour la forêt indivise de Haguenau ».

Après avoir obtenu son diplôme en juin 2023, Zoé n’a pas eu longtemps à attendre pour bénéficier d’une opportunité professionnelle au sein même de l’ONF, qui privilégie le recrutement des alternants : « J’ai eu la chance qu’on m’offre un poste près de chez moi. Le 1er décembre, je suis devenue technicienne forestière territoriale, mais l’appellation populaire reste garde forestière », signale Zoé.

La jeune femme s’occupe de la forêt de Brumath, mais aussi de celles du Krittwald et du Herrenwald, ce qui représente une superficie totale de plus de 2800 hectares. Au quotidien, Zoé et son unité territoriale ont plusieurs missions : la production de bois destinée à la vente, l’accueil du public, la surveillance et la protection de la faune et de la flore, en s’occupant notamment des réserves naturelles.

Une féminisation en marche

Depuis son arrivée, Zoé Schaeffer considère avoir trouvé sa place : « Je me sens bien à mon poste. J’ai reçu un très bon accueil, aussi bien de l’ONF et ses collaborateurs que de la mairie de Brumath, qui est propriétaire de la forêt et par qui nous devons passer obligatoirement pour tout chantier ». Dans l’unité territoriale de l’ONF de Hatten-Strasbourg, Zoé reste une des rares femmes sur le terrain : « Nous sommes actuellement deux gardes forestières sur le secteur d’Alsace du Nord. Les autres sont principalement dans les bureaux. Au lycée, nous étions tout de même huit filles sur une trentaine d’élèves. Le diplôme a tendance à se féminiser un peu plus, d’année en année. Ça ne présage que du bon pour le futur », conclut Zoé, avant d’être sollicitée par un promeneur pour un signalement.