lundi 24 juin 2024
AccueilÀ la uneJuliette Wendling - L’art de mener à la baguette

Juliette Wendling – L’art de mener à la baguette

Originaire de Reichshoffen, Juliette Wendling a la musique dans le sang. D’une simple musicienne, joueuse de flûte traversière et de cor d’harmonie, Juliette est passée au niveau supérieur en devenant cheffe d’orchestre de l’Entente musicale Oberbronn-Zinswiller. Depuis deux ans, un projet lui trotte en tête. Nommé Futurgence, il sera joué trois jours de suite, les 14, 15 et 16 juin. Plus de 200 artistes et bénévoles locaux ont participé à son élaboration.

Vous êtes une amoureuse de la musique. Quel a été votre parcours jusqu’à
maintenant ?

J’ai commencé très jeune. À l’école, j’ai bénéficié d’interventions musicales en milieu scolaire. L’idée était que des instrumentistes viennent se présenter. Seule la flûte traversière m’a été présentée, donc c’est devenu mon instrument de prédilection. J’ai commencé à en jouer à seulement 7 ans. Je suivais des cours et j’ai vite intégré l’orchestre des jeunes débutants de l’école de musique du canton de Niederbronn-les-Bains. En 2011, j’ai rejoint la musique municipale de Reichshoffen. J’en ai joué jusqu’en 2019, date à laquelle je me suis lancée dans un nouveau challenge, celui d’apprendre à jouer du cor. C’est un instrument qui me correspond plus. J’adore le son qui s’en dégage. La même année, j’ai intégré les rangs de l’harmonie Concordia de Dauendorf.

Pourquoi avoir fait le choix de devenir cheffe d’orchestre ?

J’ai beaucoup aimé mes premières expériences au sein de l’harmonie de Reichshoffen. Alors quand j’ai eu l’opportunité de prendre la direction de l’Entente musicale d’Oberbronn-Zinswiller en septembre 2020, j’ai sauté sur l’occasion. Je suis partie de presque rien. C’est très peu fréquent d’atteindre ce poste à mon âge.

Quelle est l’histoire de cette Entente ?

Elle est composée de deux associations distinctes : la Musique municipale d’Oberbronn et l’Harmonie musicale de l’usine De Dietrich de Zinswiller. Les deux ont décidé de ne faire qu’une en 2009, pour mutualiser les moyens. À la base, l’ensemble De Dietrich n’était composé que de salariés de l’entreprise. Aujourd’hui, il n’y en a plus qu’une. Nous sommes actuellement une trentaine de musiciens. Tout au long de l’année, nous proposons des concerts sur notre territoire et participons aux événements d’associations locales.

Votre création, Futurgence, est sur le point d’être révélée au public. Comment est-elle née ?

Le projet est parti de rien. À la base, durant l’été 2022, j’avais pour ambition d’organiser un concert mélangeant musiciens et choristes, afin de mettre en avant les richesses culturelles du territoire. Pour cet événement, nous nous sommes mis à la recherche d’un lieu riche de sens. Notre dévolu s’est jeté sur le parc du château de Reichshoffen. Plus j’en parlais autour de moi, plus le projet prenait de l’ampleur. Le lieu, mais aussi mon entourage, m’a poussé à voir plus grand. Petit à petit, nous avons commencé par écrire l’histoire, composer les musiques, élaborer une mise en scène, mais aussi recruter des musiciens, des chanteurs et même des acteurs. Nous avons donné vie à une véritable comédie musicale moderne et pop-rock. Son histoire se déroulera dans un futur proche, dans un monde où tout va mal et où les gens ont oublié ce qu’est le bonheur. La troupe se mettra en quête d’une vie meilleure. La musique jouera un rôle fédérateur, pour redonner à tous la joie de vivre d’antan.

Les répétitions attirent du monde. / ©Documents remis
Vous avez eu l’idée, mais vous n’êtes pas seule, n’est-ce pas ?

Dans l’organisation de ce spectacle, je suis un couteau suisse, mais je ne suis pas toute seule, fort heureusement. On s’est réparti les tâches dès le début. Grégory Klein, qui a coécrit la pièce, s’occupe aussi de l’artistique : composition, recherche d’acteurs et de décors et organisation des répétitions. Aurélien Pons, de son côté, est à la tête de la partie financière du projet : budgétisation, demande de subventions, partenariats, déclaration en préfecture, etc. Me concernant, en plus d’être cheffe d’orchestre, j’assure la communication autour du projet. Pour lui donner vie, nous avons pu bénéficier d’un dispositif d’aide appelé « Coup de pouce aux ensembles amateurs », proposé par Cadence, le pôle musical régional. Des professionnels nous ont accompagnés et j’ai été formée dans plusieurs domaines. En parallèle, nous avons aussi conclu une soixantaine de partenariats publics et privés.

Est-ce que la création de ce spectacle peut être vue comme un challenge personnel ?

C’est le cas. En développant ce projet, j’avais à cœur de prouver que les jeunes peuvent aussi réaliser de belles et grandes choses, tout en travaillant avec des personnes plus expérimentées. On nous a souvent répété que les jeunes ne font rien, qu’ils ne sont capables de rien, alors que si, la preuve ! Il n’y a pas que les anciens qui arrivent à entreprendre de beaux projets. C’est un véritable challenge personnel.

L’info en plus

Les dates sont prévues les 14, 15 et 16 juin au parc du Château de Reichshoffen. Des concerts sont prévus en première partie. Il y aura de quoi se restaurer. La billetterie est accessible au Super U de Gundershoffen ou en ligne sur www.billetweb.fr/futurgence

- Publicité -
ARTICLES SIMILAIRES
- Publicité -
- Publicité -

Articles populaires

- Publicité -
X